Shiatsu

Méthode

Le shiatsu, ça fait (vraiment) du bien

Le shiatsu, ça soigne (aussi) l’esprit

Le shiatsu, c’est également un soin préventif

Par simples pressions des doigts, cette technique originaire du Japon redonne de l’énergie à l’organisme, apaise, détend et prévient les douleurs.

On aurait tort de s’en priver…

Inspirée de la médecine chinoise et mise au point au Japon, le shiatsu est une discipline concentre tous les bienfaits de l’Orient. La séance se déroule généralement au sol, sur un matelas futon, ou parfois sur une chaise. Habillé de vêtements souples. Le praticien exerce des pressions avec ses doigts – la signification littérale du terme « shiatsu » –
Si elle ne prétend pas remplacer un traitement thérapeutique, cette méthode cherche à rééquilibrer les flux d’énergie (ou qi) afin de créer une harmonie globale, dans le corps et dans l’esprit. Une séance apporte une détente profonde, mais pas seulement, puisqu’on lui reconnaît aussi un intérêt préventif et un effet apaisant contre certaines douleurs ou pathologies chroniques. À tel point qu’au Japon, c’est la deuxième médecine officielle !
https://www.femmeactuelle.fr/sante/medecine-douce/le-shiatsu-libere-lenergie-qui-est-en-vous-37377Qu’est-ce que le shiatsu ?

Inspiré de la Médecine traditionnelle chinoise, le shiatsu vise donc à rétablir la circulation de l’énergie vitale, le Qi, dans les zones du corps là où elle est soit en manque, soit en excès. Il se pratique en exerçant une pression plus ou moins forte avec les pouces et les doigts, mais aussi avec les paumes, les poings, les coudes, les genoux et même les pieds, sur des points précis (les tsubos), situés le long des méridiens et régissant un organe ou une fonction spécifique.En fonction du problème, le thérapeute fera appel à d’autres techniques (pétrissage, rotation des articulations, étirement ou vibration) afin d’éliminer les blocages, de stimuler les points faibles et d’activer les forces naturelles d’autoguérison. Puisant dans la sagesse traditionnelle chinoise, le shiatsu envisage la santé de l’être humain dans sa globalité : physique, psychique et mentale.

Soulager les douleurs lombaires

Dans une étude auprès de 66 sujets souffrant de douleurs lombaires, les résultats ont montré des différences significatives du degré de douleur et d’anxiété avant et après 4 traitements de shiatsu. Les auteurs rapportent que les sujets recommanderaient le shiatsu comme traitement à toute personne souffrant de douleurs lombaires.

Accompagner les individus souffrant de schizophrénie

Une étude portant sur 12 patients schizophrènes hospitalisés en clinique psychiatrique a mis en évidence les effets positifs du Shiatsu sur les symptômes de la schizophrénie ainsi qu’une amélioration des réponses aux différentes grilles d’évaluation de la maladie. Ces améliorations ont été maintenues après une période de 8 semaines.

Lutter contre l’anxiété

Dans la même étude que celle citée précédemment sur les patients souffrants de douleurs lombaire, les chercheurs ont également noté une diminution de l’anxiété des individus après les 4 séances de Shiatsu.

Améliorer la condition des individus placés en soins palliatifs

Une étude réalisée sur des individus en soins palliatifs a mis en avant les effets positifs de plusieurs séances de shiatsu sur la condition physique et psychique des individus. Parmi ces effets, les chercheurs ont noté une amélioration des niveaux d’énergie, du contrôle des symptômes, une plus grande relaxation ainsi qu’une réduction de la douleur et une amélioration du bien-être des participants.

Réduire les effets secondaires associés à la chimiothérapie

Dans une étude réalisée en 2007 sur des personnes atteintes de cancer, les résultats ont montré une amélioration des effets secondaires de la chimiothérapie avec notamment une diminution : de la fatigue, des nausées et des vomissements, ainsi qu’une baisse des problèmes buccaux.

Histoire du shiatsu

Au début du XXe siècle, le Japonais Tokujiro Namikoshi (1905-2000) a été à l’origine de la création du shiatsu moderne. Sa technique a commencé à prendre forme lorsqu’il n’avait que 7 ans et qu’il tentait de soulager les malaises de sa mère souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Il a constaté qu’elle se sentait mieux lorsqu’il usait de pression avec ses pouces au lieu d’effleurement et de massage. Ses maux ont finalement disparu et elle a vécu en très bonne santé jusqu’à l’âge de 88 ans. Namikoshi a mis l’accent sur la physiologie et l’anatomie et a délaissé la fonction des méridiens, pour rendre le shiatsu plus accessible au mode de pensée occidental.
Quelques années plus tard, Shizuto Masunaga, réintroduisit les principes de base de la Médecine traditionnelle chinoise (Cinq Éléments, Yin et Yang, méridiens, etc.). On retrouve donc aujourd’hui 2 écoles de pensée principales, le Shiatsu de Namikoshi Sensei où le praticien n’utilise incidemment que ses doigts et ses paumes, et le Zen-Shiatsu de Shizuto Masunaga Sensei, plus basé sur la médecine chinoise.